IKEA - Accompagner le retour à l'emploi des collaborateurs en arrêt maladie

Retour d'expérience avec Laurent COPOIS, Responsable Santé et Conditions de Travail d'IKEA France

Vous avez mis en place à partir de 2017 un dispositif d’aide au retour à l’emploi baptisé ReverPsya©. En quoi consiste-t-il ?
Nous proposons une aide au retour à l’emploi de nos collaborateurs arrêtés depuis plus de trois mois pour maladie. Concrètement, nous fournissons au cabinet Psya à intervalles réguliers la liste des personnes concernées. Celles-ci sont contactées par courrier. Si elles répondent favorablement, le dispositif d’accompagnement se met en place très vite. Il s’appuie sur une équipe pluri-disciplinaire avec des psychologues, des assistantes sociales, un réseau de médecins référents. Si nécessaire, le médecin du travail est mis dans la boucle, de même que le manager du collaborateur concerné pour étudier un aménagement du poste de travail. A titre d’exemple, nous avions 441 collaborateurs concernés la première année dont 13% ont pris contact avec Psya. Et le taux d’acceptation final a été de 66%.

Pourquoi et dans quel contexte avez-vous lancé cette opération?
Très honnêtement, c’était une proposition de notre assureur pour des raisons économiques. Dans un contexte d’absentéisme fort, notre régime de mutuelle n’était plus à l’équilibre. Il fallait donc trouver une solution pour éviter un surcoût qui se serait répercuté tôt ou tard sur les cotisations de mutuelle. Par ailleurs, la culture RH d’Ikea basée sur la « caring culture » est très axée sur l’amélioration des conditions de travail. Ce dispositif nous semblait donc cohérent avec nos valeurs même s’il était dicté par des considérations financières à la base. Nous l’avons présenté comme tel aux collaborateurs et aux IRP. Tous les acteurs y ont vu un système gagnant/gagnant. Les arrêts maladie prolongés entraînent souvent un décrochage social et ne sont généralement pas bien vécus.

Comment le déploiement s’est-il fait ?
Nous avons consacré beaucoup de temps en amont à passer clairement notre message à l’attention des 10 000 collaborateurs d’Ikea France répartis sur 36 établissements. C’était un grand travail d’ingénierie pour Psya qui a rencontré les comités d’entreprise et les CHSCT pour présenter le projet. Parmi les points de vigilance, nous avions identifié la réticence possible des médecins du travail qui auraient pu se sentir partiellement dépossédés de leur mission. Cela n’a pas été le cas, car nous avons montré que le process de retour à l’emploi intégrait nécessairement la médecine du travail.

Quel premier bilan faites-vous ?
Tout d’abord, les cotisations de notre mutuelle n’ont pas augmenté, c’est déjà bon signe. Et, plus sérieusement, nous avons enregistré la première année 15 retours anticipés de collaborateurs, ce qui est un résultat excellent. Un retour anticipé au travail signifie que le collaborateur a rencontré son médecin traitant prescripteur de l’arrêt pour lui demander de réviser l’arrêt initial et d’autoriser un retour au travail avant la date initialement prévue. Lui seul est en mesure de le faire. Par le passé, nous n’avions qu’une poignée de collaborateurs chaque année qui revenait de manière anticipée. C’est donc la preuve en chiffres que le dispositif ReverPsya© a très bien fonctionné.

Vous souhaitez plus d'informations : contactez-nous

<<        >>